LES ALPES
Agriculture
et économie pastorale

Agriculture alpine

Dans une grande partie des Alpes, les activités agricoles et pastorales traditionnelles ont façonné le paysage cultivé et jouent un rôle important dans le maintien de la biodiversité.

L'agriculture ancienne des Alpes se distingue par une association remarquable de l'élévage et de la culture. Tandis que l'économie pastorale basée sur la transhumance ne se développe presque plus jusqu'au XXe siècle, l'économie agraire autarcique connait une évolution déjà avant le début de l'époque romaine dans un système de mise en valeur relativement complexe, caractérisée par une combinaison entre cultures des vallées, situées dans les étages collinéens et montagnards et l'activité pastorale que l'on rencontre dans les étages subalpin et alpin. (voir étages végétation)

Particulièrement étudiée, cette branche de l'agriculture alpine dite économie pastorale*, riche en variantes et pas forcément simple à définir, se caractérise par l'aménagement des alpages et l'occupation estivale des pâturages, la position altimétrique des superficies d'alpages et le mode d'exploitation, séparé des habitations, mais dépendant d'elles juridiquement et économiquement. Ces pacages d'altitudes se rencontrent dans d'autres régions montagneuses. Cette activité occupe une place singulière dans les recherches alpines.

Exemple de synthèse des genres de vie agricoles par le géographe français Emmanuel de Martonne (Les Alpes. Géographie générale - A.Colin 1926) :

Vie des vallées intérieures : fondée sur l'élevage du bétail bovin principalement avec aussi moutons et chèvres, associé à des cultures de céréales pauvres (orge) et de légumes (pommes de terre, haricots) ainsi qu'une irrigation des près. (1)

Type préalpin pastoral : spécialisation de l'élevage du gros bétail. Production de viande et de laitage pour l'exportation. (2)

Type préalpin forestier : grandes surfaces boisées avec exploitation des forêts scieris, fabriques de pâtes à papier, fabriques de meubles et objets en bois. (3)

Type insubrien : économie mixte influencé par la culture méditerranéenne ou l'élévage s'associe à des cultures variées avec une prédominance du châtaignier, de la vigne des pentes souvent aménagé en terrasses. Population plus nombreuse. (4)

Pays à moutons : élevage de grands troupeaux auquels s'ajoutent les transhumants. (5)

Golfes de plaine : forte variété agricole avec maïs et d'autres cultures des vallées fluviales de faibles altitudes, avec présence ou non de vigne. Population dense. (6-7)

Les genres de vie agricoles dans les Alpes (Emmanuel de Martonne - 1926)

Les évolutions du contexte économique de ces dernières décennies ont forcé les exploitations agricoles à se spécialiser.

Les fermes spécialisées dominent par rapport aux exploitations mixtes.

Avec près de 80% de l'espace alpin, les pâturages dominent en raison des conditions naturelles (altitude, climat, inclinaison des terrains) en particulier en haute altitude et sur le côté nord des Alpes.
Les vallées longitudinales internes, le sud du rebord alpin et les collines des Préalpes jouissent d'un contexte climatique favorable qui permet aux fermiers de pratiquer des cultures permanentes, environ 10% de la surface alpine, en particulier de raisins et de pommes.

Type d'agriculture

Laine

moutons jezersko-solčavska

*(économie alpestre, alpiculture, alpicultura, economia d'alpeggio en italien, Alpwirtschaf en allemand)

Agriculture-Références bibliographiques